Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

La question de réinstallation et d'installation des vendeuses et vendeurs dans le marché domanial de sukisa dans  le cinquième arrondissement Ouenzé demeure d'actualité. Dan Horphet IBIASSI, responsable de communication du projet de développement urbain et des restructuration des quartiers précaires (DURQUAP) a éclairé la lanterne des uns et des autres sur les méthodologies de réinstallation et installation des occupants dudit marché.

Le but de cette communication était d’expliquer aux vendeuses et vendeurs habituels et aux nouveaux le criterium commercial de réinstallation des occupants du marché Sukisa.

S'exprimant pour la circonstance, Dan Horphet IBIASSI, responsable de la communication du projet DURQUAP a tenu à éclairer la lanterne des vendeuses et vendeurs sur les méthodologies, les critères de réinstallation et installation des occupants de ce marché. Il a cité quelques obligations, notamment les autorisations d’occupation des places dans le marché que chacun des vendeurs ainsi que les nouveaux doivent s’acquitter, principalement le paiement d’une caution d’une année pour une valeur de vingt mille FCFA (…).

Présentant le plan d’intervention de chaque acteur impliqué dans ce processus Dan Horphet IBIASSI a signifié que « La réinstallation va se faire d’une manière progressive, parce que nous avons trois étapes à franchir. La première consiste à réinstaller les vendeurs et vendeuses qui ont leurs noms sur les deux premières listes, c’est-à-dire la liste élaborée depuis 1999 par le comité du marché et le régisseur de l’époque, et éventuellement la liste que nous avons pu avoir des vendeurs eux-mêmes », a précisé Marcel Nganongo. 

Le deuxième étape, a-t-il poursuivi, sera la réinstallation des vendeurs du marché sur le témoignage d’au moins cinq à dix d'entre eux. La troisième étape concerne les nouveaux vendeurs, ceux qui veulent intégrer ce marché. « Nous allons regarder qui a droit, qui n’a pas droit. Mais ce que nous avons dit aux mamans, lorsqu’on vous cède une table, vous ne deviendrez pas propriétaire, vous êtes locataire, les tables appartiennent au Conseil départemental et municipal de Brazzaville. Vous êtes assujettis à verser les droits qui vous donnent la latitude de vendre sur cette table », a-t-il conclu.

Bifuma, une maman vendeuse au marché s'est dite réjouie de cette réinstallation car elles ont beaucoup souffert des intempéries durant des mois.

Il y a lieu de noter que le marché Sukisa, situé dans le cinquième arrondissement Ouenzé avait été rénové puis réceptionné depuis 2021 dans le cadre du projet Durquap. Aujourd’hui, il compte près de 720 tables.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :